Publié le

Les climats bourguignons au patrimoine mondial de l’UNESCO

climats bourguignons et unesco


Le 5 juillet dernier, une décision déterminante est intervenue pour la Bourgogne viticole, le classement de ses climats au patrimoine mondial de l’UNESCO.

carte climat vignoble bourguignon

Qu’est-ce qu’un climat au sens viticole du terme ?

On parle en général de climat quand on s’intéresse aux conditions climatiques d’une région donnée mais cela recouvre une réalité plus terre à terre au sein de la Bourgogne viticole.

Définition de l’expression

Un climat de Bourgogne est une parcelle de vigne, soigneusement délimitée et nommée depuis des siècles, qui possède son histoire et bénéficie de conditions géologiques et climatiques particulières. Chaque vin issu d’un climat a son goût et sa place dans la hiérarchie des crus (Appellation Régionale, Village, Premier Cru, Grand Cru). Les « climats » sont donc 1 247 parcelles de vigne qui sont situées sur les pentes de la Bourgogne viticole et qui s’étirent sur près de 60 kilomètres de Dijon aux Maranges. Ces parcelles comportent des micro-différences (géologie, sol, pente, exposition, conditions météorologiques, cépage, etc.), qui, combinées au savoir-faire des vignerons, contribuent à la renommée des vins de Bourgogne.

Pour bien imager la différence entre un climat et une appellation, on peut dire que le climat fait partie d’une appellation (il en constitue la totalité pour les Grands Crus, exception faite du Chablisien), mais qu’une appellation peut contenir plusieurs climats. L’exemple imagé ci-dessous est assez parlant puisque l’on peut voir par exemple que l’appellation Gevrey-Chambertin 1er cru est constituée de plusieurs climats.

carte climat Gevrey Chambertin

 

Des climats au patrimoine mondial de l’UNESCO

Ainsi, Bernard Pivot, soutien de première heure de la candidature pour le passage des climats bourguignons au patrimoine mondial de l’UNESCO, écrit « En Bourgogne, quand on parle d’un climat, on ne lève pas les yeux au ciel, on les baisse sur la terre ».

Ce qu’il faut comprendre, c’est que les climats sont en général très petits et recouvrent des surfaces de production extrêmement faibles pour chacun d’entre eux. Le Clos Vougeot est une exception, puisqu’il représente à lui seul une superficie de 50 hectares, partagé entre plus de 80 domaines viticoles. Ainsi, les climats illustrent à merveille les différences de terroir entre des parcelles parfois séparées de quelques mètres.

Il est possible de constater cette abondance de climats sur la commune de Vosne-Romanée, regroupant des climats mondialement connus. On peut en effet apercevoir la Romanée Conti (monopole du Domaine de la Romanée Conti) mais également La Tache ou encore Les Suchots. Cette carte permet également de mettre en avant le fait que les climats peuvent être classés en Grand Cru, en Premier Cru ou appellation Village, cela en fonction du potentiel qualitatif du terroir.

 

bourgogne_3

 

Les caractéristiques des climats bourguignons

Parmi les climats, un certain nombre sont entourés de murs en pierres sèches. Destiné à l’origine à protéger la vigne des troupeaux d’animaux, ces clos font désormais partie du paysage Bourguignon et lui confèrent un charme fou. Certains sont désormais élevés au rang de climats mythiques, à l’image du Clos de Tart, du Clos des Ursules ou encore du Clos des Lambrays.

Des objectifs bien précis

Cette inscription au patrimoine mondial de l’Unesco est donc un immense succès pour la Bourgogne viticole puisqu’elle lui permet de matérialiser un territoire exceptionnel reconnu à travers le monde, mais également d’espérer un développement oenotouristique d’envergure. En effet, pour être inscrit sur la Liste du Patrimoine mondial de l’UNESCO, un site candidat doit justifier d’une « Valeur Universelle Exceptionnelle », c’est-à-dire d’une importance culturelle telle qu’elle dépasse nos frontières, traverse les générations, et mérite d’être reconnue à l’échelle mondiale.

Gain de notoriété du vin bourguignon

Cette visibilité supplémentaire pour la Bourgogne et ses climats va donc permettre aux différents producteurs de mettre en avant les climats qu’ils exploitent.

C’est notamment le cas de la maison Beaunoise Louis Jadot, véritable institution en France et à travers le monde depuis 1859, qui produit 150 cuvées différentes pour une surface viticole de 154 hectares. Il est ainsi évident de constater que les parcelles ont une importance primordiale pour la maison et que chacune sera vinifiée séparément pour exprimer tout son potentiel.

Des climats mythiques

Parmi les nombreux climats que la maison Louis Jadot a la fierté d’exploiter, nous allons nous intéresser à ceux que l’on peut qualifier de mythiques.

Le climat de Chambertin Clos de Bèze, un grand cru

bourgogne_4

Les Grands Crus de Gevrey Chambertin sont situés sur une pente douce orientée à l’Est dans la partie Sud de la commune. Le sol est calcaire en profondeur et argileux en surface, ce qui donne aux vins à la fois leur puissance et leur rondeur.

Le Chambertin Clos de Beze Grand Cru de la Maison Louis Jadot est puissant, associant à ses tanins un moelleux toujours abondant et une acidité de bon niveau. Vin très coloré, d’une expression aromatique intense évoquant les baies de cassis et autres petits fruits rouges ou noirs, les notes animales de musc et de fourrure et souvent réglisse lorsque le fruit à mûrir. Ce vin requiert des plats sophistiqués élaborés aux saveurs prononcées tels que, le bœuf bourguignon, le coq au vin, le chevreuil… et des fromages affinés hormis ceux à pâte bleue.

Le climat de Chassagne, un premier cru

 

bourgogne_5

 

Le « Clos de la Chapelle » est situé à l’intérieur du climat « Morgeot » derrière une vieille chapelle, c’est un Monopole du Domaine Duc de Magenta entièrement vinifié et distribué par la Maison Louis Jadot. La terre y est profonde, les marnes et argiles prédominantes, lui conférant ainsi un caractère de vin rouge bien qu’il s’agisse d’un vin blanc. Une partie des vignes est très âgée. Ce vin est entièrement vinifié et distribué par la Maison Louis Jadot sur la base d’un contrat d’exclusivité à long terme.

Le Chassagne Montrachet Premier Cru « Morgeot », Clos de la Chapelle est un vin équilibré, présentant des arômes de fruits frais et de fleurs blanches. Après quelques années, les arômes évoluent vers des notes empyreumatiques. C’est un vin délicat et harmonieux qui gagnera en puissance au fil des années. Il se mariera parfaitement avec une côte de veau grillée, des volailles en sauce, et tout type de poisson ou de coquillage.

Le climat de Santenay Clos de Malte

bourgogne_6
 

Ce climat revêt un sol est argilo-calcaire avec une résurgence calcaire plus marquée dans la partie haute du village, dont le « Clos de Malte ». Situé au pied du Mont de Cène (Montagne des « Trois Croix »), dans une petite vallée, il est ainsi parfaitement exposé et protégé des vents. Ce clos de 7 hectares est la propriété de la Maison Jadot dans sa totalité depuis 1993 (5.5 ha de Pinot Noir et 1.5 ha de Chardonnay).

Le Santenay Clos de Malte rouge est un vin de caractère. Il dégage de délicats et complexes arômes de petites baies et d’amandes. Il sera un compagnon idéal pour des viandes rouges rôties ou grillées. Vin de chasse par excellence, il accompagnera très bien les gibiers à plumes.

Légitimer le travail des vignerons

On remarque donc aisément que les climats ne sont pas forcément synonymes de Grand Cru et qu’ils recouvrent une vraie réalité géologique Bourguignonne. Voir cet état de fait reconnu par une organisation comme l’Unesco permet de légitimer le travail de centaines de vignerons valorisant leurs parcelles comme autant de morceaux uniques d’un même terroir. La Bourgogne ne peut donc que ressortir renforcée de ce grand événement, ne reste plus qu’à attendre ou deux millésimes avec des rendements « normaux » et les vignerons Bourguignons ne pourront qu’avoir le sourire.

Pour conclure, il est important de préciser que les caves et maisons de Champagne ont également obtenu ce classement en 2015. Cela ne constitue pas les premiers sites classés au patrimoine pour leur aspect viticole puisque ce fut le cas pour Saint-Emilion en 1999 et pour le Val de Loire entre Sully-sur-Loire et Chalonnes en 2000, huit autres vignobles étrangers étant d’ores et déjà sur cette liste.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *